« Mieux vaut tard que jamais ». Voilà un dicton qui s’applique parfaitement à la pratique de l’activité physique.

On entend souvent les adultes plus âgés, soit de 50 ans et plus, dire qu’il est trop tard pour eux pour entamer un programme de remise en forme, ou simplement pour s’adonner plus régulièrement à la pratique d’activités sportives. Or, entretenir cette pensée erronée équivaut à s’empêcher de profiter des nombreux bienfaits de l’activité physique.

L’équipe de Genacol souhaitait donc aborder les avantages du sport pour la santé physique, mais aussi pour la santé psychologique, et ce, plus particulièrement chez les adultes de 50 ans et plus.

La pratique régulière de l’activité physique, ça veut dire quoi ?

La Fondation des maladies du cœur et de l’AVC recommande de pratiquer une activité physique de moyenne à haute intensité à raison de 150 minutes chaque semaine. Cela équivaut par exemple à 5 séances hebdomadaires de 30 minutes.

Il est important de noter que le nombre de minutes peut être divisé en plus petits segments, par exemple 15 segments de 10 minutes éparpillés dans la semaine. En d’autres mots, vous n’êtes pas obligé de faire de longues séances pour profiter des bienfaits de la pratique régulière du sport. En effet, il faut avant toute chose trouver des activités qui vous plaisent et qui vous motivent à les pratiquer. De plus, il faut prendre en considération des facteurs importants comme votre emploi du temps, vos ressources (monétaires ou au niveau de l’équipement), ainsi que votre condition de santé.

J’ai plus de 50 ans. Dois-je consulter mon médecin avant de faire de l’activité physique ?

C’est là une croyance qui persiste, et ce, à cause des recommandations qu’on faisait autrefois. Or, elle n’est plus d’actualité aujourd’hui. En effet, l’American College of Sports Medicine a revu ses recommandations en matière de pratique sportive chez les personnes de 50 ans et plus afin d’encourager un maximum de personne à intégrer cette bonne habitude à leur vie.

Désormais, on considère que les personnes qui sont en bonne santé n’ont pas à obtenir l’autorisation d’un médecin pour se lancer dans un programme de remise en forme ou pour pratiquer un nouveau sport. Néanmoins, si vous souffrez de maladies cardiovasculaires, de maladies pulmonaires ou d’une maladie métabolique, une consultation avec un médecin s’impose pour vous assurer qu’il est sécuritaire pour vous de pratiquer une activité physique de façon régulière. Mentionnons également qui si vous désirez vous lancer dans la pratique d’un sport que vous n’avez jamais essayé, il peut être pertinent de prendre un cours ou de se tourner vers un entraineur qualifié pour profiter d’un encadrement.

Les objectifs de l’activité physique chez les personnes de 50 ans et plus

On pourrait sans contredit consacrer des pages et des pages aux bienfaits de la pratique régulière de l’activité physique. Néanmoins, on a choisi de réunir ces bienfaits en 3 objectifs principaux pour les personnes de 50 ans et plus, qui illustrent bien l’importance d’être physiquement actif.

  • Amélioration de la condition musculaire : dès l’âge de 30 ans, on perd de 8 à 10 % de notre masse musculaire chaque décennie, et ce, si on ne fait pas d’exercices qui permettent de maintenir la condition musculaire. C’est toutefois vers l’âge de 50-60 ans que les effets de cette « fonte » musculaire risquent le plus de se faire ressentir. En effet, cela peut se traduire par des difficultés au niveau de la mobilité ou de la locomotion. Ainsi, pratiquer l’activité physique régulièrement lorsqu’on vieillit permet de ralentir la perte musculaire. Cela aide réellement à prévenir les difficultés liées à la mobilité en vieillissant, et même au maintien de l’autonomie lorsqu’on se trouve à un âge plus avancé.
  • Le maintien de l’équilibre : comme la force musculaire, l’équilibre est un facteur déterminant de la condition physique d’une personne. Ainsi, comme c’est le cas pour les fonctions musculaires, on peut entrainer son équilibre grâce à différents types d’exercices. Un meilleur équilibre lorsqu’on vieillit se traduit par une diminution considérable des risques de chutes. Quand on sait que les chutes peuvent provoquer de graves blessures chez les aînés, notamment des fractures à la hanche, on comprend l’importance d’en minimiser les risques.
  • Le maintien des fonctions cognitives : l’activité physique, ce n’est pas bénéfique seulement pour la santé physique. En effet, il est prouvé que sa pratique régulière contribue à freiner le déclin cognitif chez les personnes vieillissantes. Ça pourrait même aider à prévenir des maladies cognitives telles que la maladie d’Alzheimer.

Vous souhaitez vieillir en bonne santé, tout en préservant votre autonomie le plus longtemps possible ? Alors, ne négligez surtout pas l’importance de pratiquer des activités physiques qui vous plaisent sur une base régulière. De nombreux aspects liés à votre santé physique et à votre santé mentale en profiteront !

Vous pourriez aimer

Adapter ses activités physiques quand on vit avec de l’arthrose

Pour les personnes souffrant d’arthrose, il peut être tentant de diminuer, voire d’arrêter complètement l’exercice physique. D’autres personnes, au contraire, pourraient vouloir pratiquer leurs activités […]

Comment favoriser la mobilité des articulations ?

En cette période de confinement, il est important de continuer quand même de garder nos articulations en mouvement. Pourquoi ? Les articulations sont des composantes […]